<br />
<b>Notice</b>:  Undefined variable: slidescaption1 in <b>/home/gymrolle/public_html/joomla/templates/meembo-red/index.php</b> on line <b>137</b><br />

 

Médaillé puis blessé, Maxime Baudraz a vécu un week-end contrasté

par Romain Bory
10.09.19, 07:00

Médaillé d’argent sur 100 m lors des Championnats suisses M20, samedi, le sociétaire de Gym Rolle s’est blessé le lendemain sur le demi-tour de piste. Mais ses chronos sur le tartan zurichois confirment sa folle progression.

À 19 ans, Maxime Baudraz est un homme pressé. Il faut dire que l’athlète est arrivé sur le tard dans le monde de l’athlétisme. Mais en un an de pratique, le sprinter rollois s’est déjà révélé aux yeux de tous lors des Championnats suisses élites avec sa cinquième place sur 100 m il y a deux semaines, avant de confirmer tout son potentiel dans la catégorie des moins de 20 ans, ce week-end, du côté de Winterthour.
Pas impressionné par les meilleurs espoirs du pays, il a signé dès les demi-finales son chrono de référence sur la discipline reine en 10’’85. «Je me suis bien senti, je savais que j’étais en grande forme, relève le citoyen de Saint-Saphorin-sur-Morges. Mais je n’étais pas encore à fond, alors quand j’ai vu mon chrono, je savais que je pouvais envoyer encore plus.» Ce fut chose faite en finale où, là aussi, le jeune sprinter améliora son temps pour signer un superbe 10’’69.

Je me réjouis de voir ce que ça va donner avec une préparation physique complète l’an prochain.
MAXIME BAUDRAZ MEMBRE DE GYM ROLLE
Seul athlète à le surpasser? L’impressionnant Ricky Petrucciani, qui possède déjà une solide expérience et, notamment, une médaille de bronze aux Championnats d’Europe M20 sur 400 m. «L’objectif en venant ici était de finir deuxième, analyse Maxime Baudraz. À moins d’une erreur de sa part, je savais qu’il était hors d’atteinte. Mais j’espère aller le chercher dans quelques années, je pense que j’ai encore une belle marge de progression.»
BLESSÉ, MAIS HEUREUX
Et pour cause, Maxime Baudraz vient seulement de boucler sa première saison d’athlétisme. Et encore, il a vécu une année tronquée par une blessure aux ischios. Une déchirure qui s’est réveillée dimanche, juste avant de prendre part au 200 m de ces Championnats suisses espoirs. «J’ai senti un petit truc pendant l’échauffement mais je me suis quand même lancé, détaille Maxime Baudraz, qui a dû abandonner à la sortie du virage. Désormais, je vais prendre le temps de bien me rétablir et revenir en forme pour la prochaine saison.»
Car pour le sociétaire de Gym Rolle, cette première année à tutoyer les meilleurs sprinters du pays n’est qu’un amuse-bouche et l’avenir s’annonce radieux. «Je ne pensais pas être aussi rapide dès cette saison. Je me réjouis de voir ce que ça va donner avec une préparation physique complète l’an prochain», glisse-t-il.
Malgré sa petite blessure, Maxime Baudraz repart de Winterthour avec le sourire et une belle certitude chronométrique. Car avec ses 10’’69, le Rollois aurait eu les minima pour disputer les Championnats d’Europe M20 à Boras, qui ont eu lieu en juillet. Ce n’est que partie remise. Le sprinter vise désormais Bergen, en Norvège, lieu des prochains championnats continentaux (M23), en 2021.


 


 


 

Un an d’athlétisme et déjà parmi l’élite du sprint helvétique

Premium
Maxime Baudraz s’entraîne cinq à six fois par semaine, la plupart du temps à Rolle.

 

District de Morges Vendredi, aux Championnats suisses d’athlétisme de Bâle, Maxime Baudraz a terminé cinquième du 100 m en 10''87. Un véritable exploit pour l’habitant de Saint-Saphorin-sur-Morges, qui a commencé l’athlétisme il y a moins d’une année.

«J’ai commencé l’athlétisme il y a tout juste un an et je reste un junior, alors participer aux finales de ces Championnats suisses élites et finir cinquième, c’est juste énorme!» Quelques jours après son exploit sur 100 m à Bâle (10’’87), Maxime Baudraz est encore sur son petit nuage. À 19 ans, l’athlète de Gym Rolle n’a pas raté son premier rendez-vous avec l’élite.

«Avant la compétition, je m’étais dit qu’avec une demi-finale, je serais déjà super-content, j’y allais surtout pour prendre du plaisir. Franchement, je n’avais même pas forcément envie de courir avec Alex Wilson. Je me disais que je n’allais pas le voir de la course, il va tellement vite», se marre le gymnasien morgien. S’il n’a, effectivement, pas pu rivaliser avec le meilleur sprinter du pays, il a fait mieux que se défendre face au reste de la meute.

 

Une progression fulgurante

Cette performance est d’autant plus belle lorsque l’on sait que le jeune athlète n’a fait le pas dans le monde de l’athlétisme qu’en octobre de l’année dernière. «Avant, j’ai joué pendant une dizaine d’années au foot à Echichens. Je n’étais pas hyperdoué avec mes pieds, mais j’avais la vitesse, détaille-t-il. Mais au bout d’un moment, je ne prenais plus trop de plaisir sur les terrains.» Il décida alors de rejoindre son père, qui venait de reprendre la section d’athlétisme de Gym Rolle.

C’était déjà super d’être en demi-finale, alors quand j’ai atteint la finale, c’était juste énorme.
Maxime Baudraz sprinter de Gym Rolle

Le point de départ d’une aventure qui s’annonce d’ores et déjà prometteuse, à l’image de sa progression. Le 4 mai, à Sion, il réalise pour sa première sortie les minima pour les Championnats suisses (11’’16), avant de se déchirer partiellement l’ischio une semaine après. Sa saison d’été est tronquée. Il revient début août, améliore encore son chrono, puis se fait connaître aux yeux de tous lors de ces Championnats suisses.

«La semaine avant, je me sentais bien. Je pensais que je pouvais aller encore plus vite, relève-t-il. De toute manière, je devais courir à fond dès les séries. Je ne pouvais pas calculer comme d’autres peuvent se le permettre. Et dès les séries, j’ai fait un bon chrono, qui m’a permis de me qualifier au temps.» Avec ses 10’’91, il réalise même le sixième chrono des 42 engagés. De bon augure pour la suite.

«Des sensations super-cool»

«C’était déjà super d’être en demi-finale, alors quand j’ai atteint la finale, c’était juste énorme, lâche Maxime Baudraz. Une fois dans les blocs, le stress s’envole et on n’a plus le temps de se poser de questions.» En finale, après avoir avalé les 100 m de la piste bâloise en 10’’87, il finit cinquième, à 22 centièmes seulement du podium. «Mais je n’ai absolument aucun regret. Je découvrais le monde des élites et c’était des sensations super-cool.»

Après seulement dix mois dans la discipline, l’habitant de Saint-Saphorin-sur-Morges a encore une marge de progression importante. «Surtout sur le 200 m, où j’ai plus de travail, reconnaît le sprinter, le regard déjà tourné vers la suite. Mon objectif est d’atteindre les cadres de l’équipe suisse et participer à des courses européennes.» Avant cela, il aura l’occasion de confirmer tout son talent lors des Championnats suisses juniors, dans dix jours, du côté de Winterthour.


 

BilerChildrenLeg og SpilAutobranchen